Home > Economie-Finance > Action-Logement s’engage dans la rénovation urbaine
La mobilité géographique des jeunes fait partie des priorités d’Action Logement
La mobilité géographique des jeunes fait partie des priorités d’Action Logement

Action-Logement s’engage dans la rénovation urbaine

Annoncée durant la dernière assemblée de l’organisme, la future politique d’Action-Logement va se concentrer pour les cinq ans à venir sur la réhabilitation des logements. L’organisme, anciennement connu sous le nom de 1% logement, engagera plusieurs milliards d’euros dans le programme national de rénovation urbaine en accord avec l’Etat.

Rénovation urbaine : des moyens supplémentaires pour les quartiers jugés prioritaires

C’est le 21 novembre dernier que le groupe Action-Logement a dévoilé ses objectifs pour la période allant de 2018 à 2022. L’organisme, en accord avec le ministère de la Cohésion des Territoires, va, dès la fin de l’année, renforcer les moyens qu’il a déjà engagés dans le Nouveau programme national de rénovation urbaine (NPNRU). En jeu, 2 milliards d’euros supplémentaires qui viendront s’ajouter aux 5 milliards d’euros déjà versé pour le programme prévu pour durer jusqu’en 2031. L’Etat, de son côté, s’est engagé à verser 1 milliard de plus dans ce même programme alors que les bailleurs sociaux augmenteront leur participation de 2 milliards d’euros. Ces ajouts qui permettront un passage à 10 milliards d’euros seront majoritairement destinés à rénover les quartiers jugés prioritaires dans la politique de la ville. Amenant déjà 93 % du financement du NPNRU, Action-Logement va, avec cette augmentation, détenir un « droit d’alerte au sein de la gouvernance de l’ANRU ». Pas moins de 12.500 logements devraient également être construits sur les terrains que cet engagement aura permis d’obtenir.

Action-Logement : un engagement auprès des jeunes et pour la mobilité

Action-Logement s’engage également dans la mobilité géographique des plus jeunes. L’organisme, dont le financement dépend de la participation des employeurs à l’effort de construction, va élargir le dispositif Visale aux étudiants non boursiers rattachés au foyer fiscal parental. Ce système d’intermédiation locative couvre déjà les étudiants boursiers, les jeunes, les salariés précaires entrant dans l’emploi et les ménages. De plus, le dispositif Visale, via une enveloppe de 120 milliards d’euros, prendra également en charge les locataires qui bénéficieront du bail de mobilité professionnel. En partenariat avec l’État, l’organisme s’engage également dans la réalisation sous 5 ans de 40.000 logements destinés aux jeunes, dont 20.000, spécifiquement destinés aux jeunes travailleurs.

Fracture territoriale, construction et rénovation énergétique : les futures cibles d’Action-Logement

L’organisme devrait également participer, à hauteur de 50 millions d’euros par an, au Fonds National des Aides à la Pierre (FNAP). Cette somme devant servir à la construction de logements très sociaux, mais également à aider les locataires dans l’acquisition de leur logement social en achetant au préalable les immeubles aux bailleurs sociaux.

La lutte contre la fracture territoriale fera également partie de la convention quinquennale à venir. Action-Logement s’engageant à verser 1,5 milliard d’euros entre 2018 et 2022 pour soutenir la réhabilitation des centres-villes des agglomérations moyennes. Cette revitalisation passant par la construction et la démolition d’immeubles.

Pour finir, l’organisme s’engage au côté de l’Etat dans la rénovation énergétique des « passoires thermiques ». Action-Logement contribuera à la lutte contre la précarité énergétique. De plus, 100 milliards d’euros par an seront versés sous forme de subventions aux propriétaires privés pour les accompagner via le programme « louer pour l’emploi ».

Publié par

About Sarah Leon

Responsable Publicité et Communication chez L'immobilier 100% entre Particuliers.

Check Also

Il est préférable d’emprunter pour l’achat d’une maison avant de partir à la retraite

Souscrire un crédit immobilier avant de partir en retraite

En France, 17% des emprunteurs ont plus de 50 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *