Home > Actualités > Location : les propriétaires font moins de travaux
Les appartements sont de plus en plus rarement rénovés entre deux contrats de location
Les appartements sont de plus en plus rarement rénovés entre deux contrats de location

Location : les propriétaires font moins de travaux

Face à un marché de plus en plus exigeant, les propriétaires-bailleurs semblent avoir fait le choix d’économiser sur l’entretien et la rénovation de leur bien. Décryptage d’une tendance lourde et générale.

Location : le volume des travaux d’entretien au plus bas depuis 20 ans

Secoué par les dernières déclarations du Président demandant aux propriétaires-bailleurs de baisser les loyers pour compenser la baisse de l’APL, le marché de la location n’en finit pas de reculer depuis 2016. L’année 2015 avait pourtant été bonne pour la location avec une augmentation de 11,7 % de l’activité, mais, depuis janvier 2017, les professionnels ont noté un net recul (-4 %) de celle-ci. Cette baisse s’inscrit dans une tendance plus longue, datant déjà de 2011.

Sur le terrain les loyers baissent mais ce recul s’accompagne également d’une diminution du nombre de travaux de rénovation et d’entretien. Bien que les appartements se dégradent, aujourd’hui seules 14,2 % des locations sont rénovées entre deux contrats de bail. Un pourcentage extrêmement bas, jamais atteint depuis 20 ans.

Des loyers en baisse par rapport à 2016

L’année 2017 avait pourtant débuté sur une stabilisation des loyers entre janvier et février. Mais alors qu’ils ont généralement tendance à augmenter au printemps, ils ont baissé de nouveau de -0,5 % sur les 5 premiers mois de 2017. Même l’été, période habituellement ensoleillée sur le front de la location pour cause de préparation de rentrée, a vu reculer les loyers. Ce sont les grandes surfaces, 4 et 5 pièces qui sont les plus impactées avec une baisse de -1,2 et -1,7 % de leurs loyers. En revanche, les loyers des studios et des appartements d’une pièce restent plus stables avec une diminution qui n’atteint que -0,1 % de janvier à août 2017 par rapport à l’année 2016.

Un repli général du marché de la location

Premier enseignement, cette baisse n’est pas une conséquence de la loi de plafonnement des loyers : toutes les villes sont touchées, les grandes comme les petites.
Deuxième enseignement : cette diminution du loyer moyen a touché un grand nombre de villes de plus de 100.000 habitants (64,1 % exactement). C’est à Marseille, Le Havre et Rennes que les loyers ont le plus reculé (entre -2,7 % et -3,6 %). Mais des villes comme Bordeaux, très en vogue actuellement, ou Paris, voient, elles aussi, leurs loyers baisser (respectivement de -0,8 et -0,6 %). Et la liste n’est pas exhaustive : Grenoble avec -1,8 %, Nantes avec -0,5 % ou encore Toulon avec -0,1 % subissent également ce repli.

En revanche certaines villes jouent le rôle d’exceptions qui confirment la règle : c’est le cas de Lille avec des loyers en hausse de +1 %, Nîmes avec +2 %, Lyon avec +2,1 % et d’autres qui connaissent de plus faibles augmentations (Strasbourg et Nice avec +0,4 % ou encore Montpellier avec +0,6 %).

Publié par

About Sarah Leon

Responsable Publicité et Communication chez L'immobilier 100% entre Particuliers.

Check Also

Le PEL est un produit d’épargne qui peut permettre d’obtenir un prêt immobilier

PEL : ce qui va changer en 2018

Les nouveaux PEL vont être soumis un impôt forfaitaire dès la première année

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *