Home > Villes > Paris > Les prix de l’immobilier à Paris
En un an, le prix des logements à Paris a bondi de 6.6%
En un an, le prix des logements à Paris a bondi de 6.6%

Les prix de l’immobilier à Paris

À Paris, la demande ne faiblit pas sur le marché immobilier. La tension sur les prix devrait se poursuivre jusqu’à la fin du mois d’octobre, selon les notaires.

Les prix des logements grimpent en France

En France, la hausse des prix immobiliers s’établit actuellement à 3,5 % sur un an. À Paris, la flambée est déjà là, le record de 2012 a été battu en début d’année et la hausse atteint 6,6% sur un an. Ce n’est pas la seule ville dans ce cas. À Lyon, les prix ont aussi atteint un pic.

Paris : des prix de l’immobilier en forte hausse

La progression des prix de l’immobilier devrait s’établir à 6,6% sur un an avec un prix médian de 8.870€/m² à Paris, selon les notaires. De son côté, le site Meilleursagents.com évalue cette hausse à 7,7%. Finalement, après quatre années de tassement des prix, le marché parisien retrouve « ses tarifs record de l’été 2012 », précise le directeur scientifique de MeilleursAgents.com, Thomas Lefebvre. La baisse régulière et progressive des prix n’est désormais plus d’actualité dans la capitale. En 2017, le montant des transactions a encore augmenté, avec une hausse de 5,5% au 1er trimestre. Le prix au mètre carré a atteint un nouveau plafond historique de 8.814 euros au 1er septembre dernier.

Immobilier parisien : des écarts de prix importants selon les arrondissements

Aucun arrondissement parisien n’échappe à la hausse des prix immobiliers, excepté le 7ème qui affiche un recul de 3%. Au total, 13 arrondissements enregistrent une hausse supérieure à 5%. Désormais, les prix grimpent dans la même proportion aussi bien dans l’hypercentre que dans les arrondissements plus populaires comme le 10ème, le 11ème ou encore le 13ème. Les notaires pointent du doigt une autre nouveauté : une hausse des prix immobiliers sur un an a été constatée dans les quartiers les plus abordables alors les plus onéreux ont vu leur prix baisser, notamment les quartiers Odéon (14.050 euros/m²) et St-Thomas-d’Aquin (12.970 euros/m²). Les écarts de prix s’accentuent d’un arrondissement à l’autre. La capitale compte actuellement quatre arrondissements à plus de 11.000 euros le mètre carré.

Immobilier : la capacité des ménages à payer se rapproche de son plafond

La dynamique de l’immobilier devrait se poursuivre dans les prochains mois et cela en raison de la faiblesse des taux et de l’appétence des Français à devenir propriétaires. Les taux sont bas et rien n’indique qu’ils augmenteront de manière brutale : faible inflation, excédent mondial d’épargne. Par ailleurs, les OAT à 10 ans sont à un plancher historique, elles devraient continuer d’évoluer autour de 1%. Les mesures prises par le gouvernement Macron et notamment la transformation de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) en impôt sur la fortune immobilière (IFI) n’entrent pour l’instant pas en jeu et ne risquent pas de faire chuter la pierre. En revanche, la capacité des ménages à payer se rapproche de son plafond, ce qui pourrait à terme affecter le marché immobilier.

Publié par

About Sarah Leon

Responsable Publicité et Communication chez L'immobilier 100% entre Particuliers.

Check Also

Au bord de la Garonne, Toulouse séduit les acheteurs qui ont un projet immobilier

L’immobilier à Toulouse

Les ventes immobilières sont en forte hausse dans la préfecture de Haute-Garonne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *