Home > Actualités > La hausse des loyers étudiants
Près d’un étudiant sur deux est obligé de travailler pour payer son loyer
Près d’un étudiant sur deux est obligé de travailler pour payer son loyer

La hausse des loyers étudiants

Pour les étudiants, le coût du logement pèse de plus en plus lourd

La rentrée universitaire s’annonce tendue pour de nombreux étudiants. Selon une enquête réalisée par l’Union nationale des étudiants de France (Unef), les loyers ont augmenté dans 37 villes universitaires de France. Si Paris reste l’endroit le plus cher pour se loger (il faut compter près de 824 euros pour louer un studio parisien), les tarifs des locations s’envolent dans de nombreuses villes. A Clermont-Ferrand par exemple, les loyers ont bondi de plus de 5% entre 2016 et 2017, passant de 366 euros à 385 euros en moyenne. A Evry, la hausse atteint 4.10%, à Rouen elle est de 3.65%, à Strasbourg de 2.69%.
Parallèlement à la hausse des loyers, le coût des transports est lui-aussi en augmentation, plongeant dans la précarité de nombreux étudiants. Dans onze villes universitaires, les deux postes de dépenses, logement et transport, sont en hausse. Il s’agit de Paris, Evry, Lyon, Strasbourg, Nancy, Clermont-Ferrand, Angers, Mulhouse, Nîmes, Rennes et Rouen.

Pour se loger, 46% des étudiants sont contraints de travailler

Cette hausse du coût de la vie a des conséquences lourdes pour les étudiants. Peu ont droit à une bourse, et ceux qui ne bénéficient pas du soutien financier de leurs parents (eux aussi affectés par la baisse du pouvoir d’achat) sont obligés de travailler pour financer leurs études. Or selon l’Unef, l’activité rémunérée, au-delà d’un mi-temps, est la première cause d’échec à l’université.
Pour pallier à ce problème, l’Union nationale des étudiants de France demande au gouvernement de repenser le système des aides sociales des étudiants. D’une part en revenant sur la baisse annoncée des APL pour les jeunes qui étudient et en les exonérant de la taxe d’habitation. L’Unef appelle également à la mise en place de tarifs dégraissés dans les transports, d’une revalorisation des bourses et, pour lutter contre la flambée du coût du logement, d’une généralisation de l’encadrement des loyers à toutes les villes étudiantes. Pour rappel, cette mesure ne concerne actuellement que Paris et Lille.

Publié par

About Anne Maurel

Web Rédactrice, l'Immobilier 100% entre Particuliers

Check Also

L’attractivité des taux soutient la dynamique du marché immobilier

Crédit immobilier : les tendances pour 2018

Les taux pourraient enregistrer une timide remontée au premier semestre 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *