Home > Economie-Finance > La hausse des transactions
Les ventes de maisons sont en progression
Les ventes de maisons sont en progression

La hausse des transactions

C’est une très bonne nouvelle qu’apporte la note de conjoncture des notaires publiée le 20 juillet dernier. La hausse des transactions s’y trouve en effet confirmée avec un gain atteignant 10 % sur un an.

Ventes immobilières : un niveau record

Entre le mois de mai 2016 et celui de mai 2017, 907.000 logements se sont échangés sur le marché immobilier. C’est 83.000 transactions de plus que durant le même laps de temps entre mai 2015 et 2016. Et c’est un nouveau record historique pour les transactions, le dernier datant de 2006, année durant laquelle 837.000 ventes avaient été réalisées (834.000 en 2012).
Selon les notaires, aujourd’hui les vendeurs ont encore la main sur le marché immobilier. Les biens sont encore nombreux et les ventes se réalisent rapidement.
Mais attention, si l’on ne constate pas encore d’effet de bulle, selon certains professionnels, une remontée des prix suit généralement toute hausse des transactions. En cause, un manque de négociation de la part d’acheteurs se trouvant face à un choix abondant, ce qui incite les propriétaires à augmenter leurs prix. Un risque évident puisqu’aujourd’hui, les acheteurs cherchent à 90 % à se loger et non à investir ou spéculer.

Des achats encouragés par des taux de crédit immobilier encore bas

Pour les notaires, cette hausse exceptionnelle des ventes n’est due qu’à un rattrapage du marché après des années plutôt moroses. Une phase encouragée par des taux de crédit très attractifs.
Sur 10 ans, le nombre de logements construits a atteint 4 millions, soit environ 350.000 biens supplémentaires chaque année. Mais ce chiffre ne représente qu’une augmentation de 1 % sur un parc comprenant au total 35 millions de logements.
La hausse des ventes comparée à l’augmentation du parc de logement (20 %) ne représente donc que 13 %. Le marché ne rattrapera donc son dynamisme de 2006 que lorsque le nombre de ventes atteindra 930.000.

Paris et Bordeaux : les deux villes où l’immobilier est le plus cher en 2017

Les taux d’intérêt ne se montaient qu’à 1,56 % hors assurance en début d’été 2017. Le dynamisme du marché ne devrait donc pas faiblir dans les mois à venir. Les notaires, se fiant sur les avant-contrats, notent une hausse des prix qui atteindra 4 % en un an à fin aout 2017 pour les appartements et 1,2 % pour les maisons.
Dans l’ordre, les villes françaises ayant subi les plus grandes hausses de prix sont : Bordeaux (15,5 %), Lille (8,5 %), Strasbourg (5,7 %) et Paris (5,5 %). Au contraire, ils ont baissé au Havre (-9 %), à Brest (-7 %) et à Dijon (-4 %).
Aujourd’hui, LGV oblige, Bordeaux détrône Nice sur le podium des villes où l’immobilier est le plus cher. Mais la belle Girondine reste derrière la capitale.

Les notaires mettent en garde le gouvernement face aux projets de réformes

Toutefois, entre la réforme de l’ISF, qui ne touchera plus les biens immobiliers et la hausse de la CSG qui concernera les vendeurs, le marché pourrait être bousculé par les mesures du nouveau gouvernement.
Les notaires, qui soulignent que l’immobilier permet de remplir les carnets de commandes des entreprises du bâtiment et par corrélation les collectivités (via les impôts locaux), mettent en garde le gouvernement sur le risque d’une fiscalité insuffisamment réfléchie.

Publié par

About Sarah Leon

Responsable Publicité et Communication chez L'immobilier 100% entre Particuliers.

Check Also

Investir dans l’immobilier grâce au Pinel ou au Cosse offre de nombreux avantages

Investir dans l’immobilier en Pinel ou en Cosse

C’est encore le moment de profiter des coups de pouce pour acheter dans l’immobilier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *