Home > Actualités > L’offre immobilière dans l’ancien
Le stock de biens à vendre recule
Le stock de biens à vendre recule

L’offre immobilière dans l’ancien

Premier à subir les contrecoups de la reprise, l’immobilier ancien voit ses prix augmenter fortement alors que l’offre de biens plonge.

À Paris, une demande et des transactions en hausse sur le marché de l’immobilier ancien

Sur le marché de l’immobilier, la recette est connue et le résultat toujours le même : lorsque les ménages profitent de taux bas pour acheter plus grand à moindre prix, les prix des logements augmentent.
Et c’est le cas actuellement sur le marché immobilier de l’ancien. Depuis le début de l’année 2017, les taux d’intérêt toujours bas soutiennent encore un volume de transactions jugé très haut par les professionnels de l’immobilier. Ces derniers notent même une augmentation du marché allant de 11 à 14 % de plus au premier semestre 2017 par rapport à la même période de 2016. Mais alors que la demande augmente, dans le même temps, le nombre d’offres diminue fortement.

Des offres en logements en forte baisse

C’est particulièrement le cas dans la capitale, où le stock de biens immobiliers anciens a diminué de 12 % sur les 6 premiers mois de l’année. Les professionnels craignent d’ailleurs une répercussion sur le marché immobilier de la première couronne parisienne. Les acheteurs peinant à trouver un logement intra-muros s’éloignent en effet de plus en plus du centre de Paris.
Mais d’autres villes sont touchées par le phénomène : à Bordeaux, le nombre de petites surfaces mises en vente est très insuffisant pour faire face à la demande des primo-accédants et des investisseurs. En cause, là comme dans d’autres métropoles au marché tendu, des acheteurs qui préfèrent attendre d’avoir trouvé un nouveau logement avant de mettre en vente celui qu’ils habitent.

Des transactions immobilières de plus en plus rapides

Conséquence logique de cette différence entre l’offre et la demande : les prix augmentent encore à Paris et en Île-de-France alors que les transactions se réalisent de plus en plus rapidement (environ 60 jours pour une vente à Paris intra-muros et moins de 100 jours en province).
À noter que le marché des résidences secondaires connait lui aussi un renouveau sur le littoral atlantique.

Publié par l’équipe éditoriale de

About Damien Joly

Check Also

L’attractivité des taux soutient la dynamique du marché immobilier

Crédit immobilier : les tendances pour 2018

Les taux pourraient enregistrer une timide remontée au premier semestre 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *