Home > Actualités > Investir dans l’immobilier frontalier
Vous aurez peut-être le coup de cœur pour un bien frontalier
Vous aurez peut-être le coup de cœur pour un bien frontalier

Investir dans l’immobilier frontalier

Investissement locatif : penser aux communes à la frontière suisse !

Autour de la Suisse et du Luxembourg, les zones résidentielles sont prises d’assaut par les travailleurs frontaliers, en quête d’un logement moins cher que dans le pays qui les emploie. En France, le nombre de frontaliers partant travailler à l’étranger chaque matin est de 360.000, d’après des statistiques de l’Insee de 2012.

Immobilier : avec ses salaires élevés, la Suisse attire les frontaliers

Des villes comme Genève ou Bâle attirent les travailleurs, avec leur bassin d’emploi et leurs multiples entreprises. Si Genève est connue pour sa place financière, Bâle est un centre d’activité pharmaceutique et chimique. Les salaires élevés attirent des frontaliers, qui préfèrent garder leur résidence en France en raison du coût de la vie en Suisse. Une pression s’exerce ainsi sur les prix des logements à la frontière, où le marché immobilier est très tendu. De son côté, Genève souffre d’une pénurie de logement, même côté suisse. Un investissement à la frontière ne peut que payer !

Quels biens choisir pour un investissement locatif à la frontière suisse ?

Mieux vaut se diriger vers des surfaces moyennes, demandées par les familles, et vers de l’ancien ancien de qualité. En optant pour du neuf, le risque est de surpayer le bien immobilier. Les zones préférées des frontaliers sont la Haute-Savoie, dont un grand nombre sont originaires. La ville d’Annecy, reliée à Genève par l’autoroute, est également attractive. Au nord, le pays de Gex permet un investissement moins onéreux, mais il faut bien choisir sa commune. Gex, Ferney-Voltaire ou Divonne-les-Bains sont des localités prisées par les travailleurs. Du côté de Bâle, des communes alsaciennes comme Saint-Louis ou Mulhouse sont intéressantes pour leur attractivité, mais les logements restent onéreux.

Publié par

About Sarah Leon

Responsable Publicité et Communication chez L'immobilier 100% entre Particuliers.

Check Also

L’attractivité des taux soutient la dynamique du marché immobilier

Crédit immobilier : les tendances pour 2018

Les taux pourraient enregistrer une timide remontée au premier semestre 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *