Home > Villes > Paris > L’immobilier dans le 16ème arrondissement de Paris
Dans le 16ème arrondissement de Paris, les immeubles de standing sont nombreux
Dans le 16ème arrondissement de Paris, les immeubles de standing sont nombreux

L’immobilier dans le 16ème arrondissement de Paris

L’immobilier parisien perd de la vitesse dans le 16ème arrondissement

A Paris, les luxueux appartements du 16ème arrondissement ne sont plus autant demandés qu’il y a 25 ans. Les ménages favorisent le centre de la Capitale, quitte à acheter un logement de moins grande surface, c’est en tout cas ce que révèle une étude des notaires d’Ile-de-France récemment publiée.
Parmi les 10% de ventes affichant le prix le plus élevé au mètre carré, seule une sur dix a été conclue dans le 16ème arrondissement, contre une sur trois en 1990. Ce sont ainsi les logements situés dans les neuf premiers arrondissements qui sont les plus demandés par les investisseurs fortunés. Les professionnels de l’immobilier précisent que les ventes ont été plus nombreuses dans ces quartiers parisiens en 2016.

Immobilier haut-de-gamme à Paris: une préférence marquée pour le centre

L’immobilier de prestige fait ressortir une nouvelle tendance qui joue en défaveur du 16ème arrondissement parisien. En effet, les acheteurs favorisent désormais les centres-villes pour une meilleure accessibilité et un plus large choix de services. Cette tendance n’est pas constatée uniquement à Paris. Les appartements de 5 pièces ne représentent plus que 18% des ventes de logements luxueux à Paris, contre 23% en 1991, selon les notaires. L’offre de logements haut-de-gamme dans les centres-villes reste toutefois réduite pour les acheteurs et investisseurs qui privilégient désormais ce type de quartier. De plus, les prix élevés affichés dans certains arrondissements poussent parfois les acquéreurs à se tourner vers de plus petites surfaces.

Un comportement d’achat qui pèse sur les prix des logements parisiens

Le désintérêt des acheteurs pour le 16ème arrondissement s’explique également par la typologie des logements. En effet, les grands appartements de ce quartier sont majoritairement détenus par des familles, moins mobiles que les célibataires et les investisseurs qui favorisent le cœur de la capitale. Par ailleurs, depuis le lancement du projet du Grand Paris visant à réduire les inégalités de prix au mètre carré entre l’est et l’ouest de la ville, une hausse de prix plus importante à l’est qu’à l’ouest a été constatée.
Malgré les nombreux atouts qu’il possède, le 16ème arrondissement reste délaissé par les Français. Cela entraîne inévitablement des conséquences sur les prix. C’est précisément dans ce quartier que les prix de l’immobilier ancien ont le moins augmenté, alors que dans le 2ème arrondissement les tarifs se sont multipliés par 3,5 en 22 ans, indiquent les notaires. Ainsi l’’écart de prix entre les logements les plus chers de Paris et l’ensemble de son parc immobilier s’est réduit. Ils ne sont désormais plus que 1,5 fois plus onéreux que le marché résidentiel de la capitale, affirment les notaires. Aujourd’hui, ce sont toujours les 3ème, 4ème, 6ème et 7ème arrondissements qui concentrent les transactions les plus chères, comme le révèle l’analyse publiée par la Chambre des Notaires de Paris-Ile-de-France.

Publié par

About Sarah Leon

Responsable Publicité et Communication chez L'immobilier 100% entre Particuliers.

Check Also

A Nancy, l’immobilier affiche un beau dynamisme

Le prix de l’immobilier à Nancy

Le point sur le prix du mètre carré immobilier dans la préfecture de Meurthe-et-Moselle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *