Home > Actualités > L’habitat coopératif
habitat participatif
Dans un habitat coopératif, le jardin est souvent partagé

L’habitat coopératif

Répandu en Scandinavie, l’habitat coopératif reste récent en France

L’habitat coopératif ou participatif permet à des particuliers de concevoir l’immeuble qu’ils habiteront ensemble. Cette forme d’habitat, déjà répandue dans les pays scandinaves ou chez nos voisins suisses et allemands, émerge peu à peu en France où 500 logements de ce type existent déjà. Plusieurs opérations d’habitat participatif voient actuellement le jour à Toulouse, Strasbourg, Lille ou encore Paris, où la municipalité a réservé trois terrains constructibles dans les 19ème et 20ème arrondissements pour des projets d’habitat participatif.
A noter : Montpellier se lance également dans l’habitat participatif avec le Mas Cobado.

Habitat partagé : L’importance des questions liées à l’environnement

Présenté comme la « troisième voie du logement », l’habitat partagé est une alternative au locatif social et à la propriété traditionnelle standard. Chaque occupant y occupe son logement privatif, en partageant avec les autres habitants des parties communes plus généreuses que dans une copropriété traditionnelle (salle de jeu, local de bricolage, buanderie, jardin,…). Les personnes qui se lancent partagent souvent la même sensibilité sur les questions environnementales et optent pour des projets écologiques, comme des bâtiments passifs ou 100% en bois. La dimension architecturale, qui invite à réfléchir à un lieu de vie « idéal », les séduit également.

L’imagination et la patience, des qualités nécessaires pour trouver un habitat coopératif

Si le principe de vivre dans un habitat partagé est séduisant, le parcours des acquéreurs se révèle bien souvent semé d’embuches. D’abord, parce que les terrains proposés sont souvent ceux qui n’ont pas intéressé les promoteurs, par exemple parce qu’ils sont petits ou exigus. Il faut donc faire preuve d’imagination pour concevoir un immeuble adapté. L’offre étant rare, il faut aussi accepter la rudesse de la compétition et la frustration qui peut survenir. Enfin, il faut faire preuve de patience : 3 à 5 années sont généralement nécessaires avant l’emménagement. La faute aux différentes démarches – juridiques, financières, administratives et techniques -, longues et souvent complexes.

Publié par

About Sarah Leon

Responsable Publicité et Communication chez L'immobilier 100% entre Particuliers.

Check Also

Pour obtenir un crédit maison, les ménages sont souvent obligés de domicilier leurs revenus dans la banque prêteuse

Crédit immobilier : les changements 2018

La domiciliation des revenus sera bientôt limitée dans le temps

2 comments

  1. Je trouve ce principe très intéressant, en effet pouvoir partager une partie commune telle qu’un jardin ou une buanderie, permet d’éviter des coûts trop importants. Car il est ici question d’économie et d’environnement, ce qui devrait toucher pas mal de personnes en les incitant à opter pour ce système. Je suis plutôt étonnée de voir que ma ville (Toulouse) soit impliquée par ce genre de projet. Je pensais que le seul intérêt de la ville était de se moderniser et voir des grands projets d’urbanismes : appartements, maisons neuves se construisent un peu partout dans l’agglomération toulousaine. C’est une bonne chose et cela permet de loger des familles, des couples dans des logements peut être moins coûteux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *